Category

BSV

Bulletin Sécurité des vols N°51

By | BSV, Sécurité | No Comments

Édito – BSV n°51

Opérations temps chaud

 

C’est l’été et cette année, ce dernier est particulièrement chaud. Si nous souffrons des températures excessives dans notre quotidien, elles ont aussi des conséquences non négligeables sur nos vols, et nos ULM.

Une fois de plus, nous pouvons utiliser le modèle I.P.A.D.E pour gérer les différentes menaces auxquelles nous aurons à faire face lors de ces journées de canicule qui se multiplient.

 

I (ntervenant extérieur) : Si vous avez un passager, vérifiez qu’il s’est bien hydraté, et qu’il est habillé convenablement pour faire face à ces conditions météorologiques en fonction du type d’ULM utilisé. N’hésitez pas à le briefer, en lui disant qu’il prévienne s’il a trop chaud et si son estomac commence à faire des siennes : le « mal au cœur » venant plus rapidement avec la chaleur. Prévoyez de votre côté une bouteille d’eau à bord et un sac vomitoire facilement accessible.

P (ilote) : Pensez bien évidemment, vous aussi, à vous hydrater (j’en profite pour vous rappeler que toute consommation de boisson alcoolisée, avant un vol, est évidemment à proscrire. Ne souriez pas, nous avons encore des accidents mortels dont l’alcoolisation du pilote est l’élément générateur)… Pensez, également, à vous équiper d’une casquette pour ceux qui volent avec des ULM à cabine fermée. Attention, aussi, à la fatigue induite par les fortes températures…

A (éronef) : Que ce soit le moteur ou la structure, nos machines souffrent de la chaleur et de la morsure du soleil. Ainsi, soyez vigilants au phénomène de vapor-lock, qui peut se produire dans le circuit carburant de votre ULM si celui-ci est resté exposé au soleil, et qui peut provoquer une perte de puissance et/ou l’arrêt du moteur. Surveillez attentivement vos températures moteurs et échappement en montée. De même, essayez de protéger votre ULM en le garant à l’ombre voire mieux, dans un hangar même pour quelques heures.

D (ocumentation, préparation) : Afin de rechercher des températures plus faibles et une turbulence thermique la moins pénalisante, déterminez, en préparation du vol, les altitudes maximales possibles sur chaque tronçon de votre navigation, en tenant compte, bien sûr, des contraintes des différentes zones aéronautiques.

E (nvironnement) : Qui dit forte chaleur, dit thermiques puissants et les vols en plein après-midi sont à éviter : le risque de perte de contrôle devenant trop important. De plus, les performances de nos machines vont être particulièrement affectées au niveau des distances de décollage, d’atterrissage ainsi que la pente de montée. Ne fréquentez pas des pistes trop courtes et ne surchargez pas votre ULM, il peut y avoir jusqu’à 30% d’écart entre des performances décollages en été et en hiver…

Ainsi, en règle générale, si vous le pouvez, évitez de voler par fortes chaleurs et préférez les vols du matin et du soir en été.
Non seulement vous vous préserverez, ainsi que votre ULM, et votre plaisir du vol n’en sera que meilleur !!

Bonnes vacances et bons vols !!

 

Eric Galvagno

Responsable Commission Sécurité des Vols

bsv-51-aout-2018

Bulletin Sécurité des Vols N°50

By | BSV, Sécurité | No Comments

Edito – BSV n°50

checklist ss 1920Signaux faibles

Dans notre recherche de l’amélioration de notre sécurité en vol, plusieurs axes d’actions sont possibles et doivent être utilisés.

Il y a l’amélioration des connaissances qui passe par le fait de garder une curiosité sur les évolutions règlementaires, la théorie du vol, les méthodes, la formation, la lecture du BSV, etc. Il y a aussi le maintien de l’expérience sur sa machine en s’entraînant régulièrement seul, ou mieux, accompagné d’un instructeur (pensez à REV !!), à la manière d’un pianiste très expérimenté, qui n’a de cesse de répéter ses gammes au quotidien pour garder une maîtrise parfaite de son instrument.

Il y a enfin un entretien sans faille de son ULM qui respecte à la lettre les préconisations du constructeur et du motoriste, seuls à même de vous garantir une fiabilité sans équivoque.

Toutefois comme dans toute activité ou processus, à l’usage, des écarts par rapport au référentiel vont immanquablement s’installer plus ou moins insidieusement. En aéronautique, nous appelons ça des déviances.

Ces déviances sont les ferments d’une diminution drastique de votre sécurité en vol. Il peut s’agir d’une visite prévol que l’on néglige, d’une navigation pas préparée, de météos ou notam qui ne sont plus consultés systématiquement avant un vol, d’un capot moteur que l’on n’ouvre plus, d’habitudes de pilotage qui ne respectent plus les règles de l’art, etc.

Pour ne pas en arriver là et garder toujours la marge nécessaire à une conduite des vols en toute sécurité, apprenez à détecter les signaux faibles qui montrent un changement dans votre comportement de pilote.

En effet, ces mauvaises habitudes que sont les déviances, vont se prendre au fur et à mesure et ont pour origine une toute petite évolution dans votre manière de voler.

Ainsi, malgré une aisance et une expérience qui augmentent avec chaque vol, tenez-vous-en toujours à vos fondamentaux que sont les méthodes, les manières et les comportements appris lors de la formation, restez « scolaires » dans vos préparations, lors de vos visites prévol et postvol, ayez le souci de conserver un pilotage souple, précis, une attention adéquate et un souci de bien faire.

Ne vous précipitez pas, faites vos check list ou vos moyens mnémotechniques calmement et avec rigueur.

Si vous corrigez rapidement vos déviances au stade des signaux faibles, votre sécurité en vol repartira à la hausse, alors que si vous les laissez se développer, vol après vol, l’incident ou l’accident deviendront, alors, inévitables….

Ce BSV est le numéro 50 et marque 4 années de publications de Sécurité des Vols par votre fédération.

Vous pouvez trouver sur le site ffplum.fr l’ensemble des « Lettre de Sécurité des Vols » et des « BSV» classés par année.

N’hésitez pas à les lire et les relire, c’est une mine d’informations considérable et intemporelle, qui vous aide à la réflexion sur l’amélioration de votre sécurité en vol. Cette réflexion est indispensable et ne doit jamais s’arrêter au risque de diminuer ses marges et d’aggraver notre bilan accidentologique.

En effet, à l’heure où j’écris ces lignes, ce ne sont pas moins de 5 décès de pilotes ULM en 3 accidents que nous avons à déplorer sur une période courte de 10 jours.

Comme souvent, il a suffi d’un élément mineur, un oubli, une maladresse, une précipitation pour engendrer le drame.

Soyez attentifs et à l’écoute de vos signaux faibles et corrigez-les immédiatement, c’est votre sécurité et votre vie qui sont en jeu, il faut bien en avoir conscience.

Volez en toute sécurité.

 

Eric Galvagno

Eric Galvagno

Responsable Commission Sécurité des Vols

 

 

CONSULTER LE BULLETIN N°50 

Bulletin Sécurité des Vols N°49

By | BSV, Sécurité | No Comments

  BSV n°49 / Juin 2018

Édito : remise de gaz / L’analyse de l’Analyste / Du côté de la formation : Quand tout fout le camp, même le temps / La Sécurité en Chiffres.

Extrait :

Orage Carpentras tour 2016
Quand tout fout le camp, même le temps

Il y a une dizaine d’années, lors de mon arrivée dans le sud de la France, beaucoup de gens me disaient : tu sais ici c’est simple, le mistral c’est 3-6-9… exprimant ainsi la durée pour laquelle il s’établissait.

Aujourd’hui qu’en est-il ? Fini, un jour avec 35 nœuds de nord et le lendemain la même chose de sud.

Tout fout le camp… à qui se fier ?

Nous sommes depuis quelques années confrontés, de plus en plus souvent à des phénomes météo à la fois imprévisibles, rapides dans leur mise en place, mais surtout d’une force rare.

Ceci n’est pas sans incidence sur la sécurité de nos vols, nous devons maintenant le prendre en compte

Météo France au travers de son site Aéroweb, nous donne des infos fiables et réactualisées.

Des zones d’ombres existent en termes de prévisions météo aviation, contraintes budgétaires obligent, mais Météo France a su réagir en mettant en place le modèle maille fine, qui vous donnera en langage aviation les observations de leurs stations météo d’observation :

https://aviation.meteo.fr/complementary/map_models_hires.php

Des dizaines d’applications disponibles sur tablette et téléphone, apportent également une source d’informations non négligeables et souvent en croisant les données, on obtient une idée précise des conditions météo qui nous attendent pour notre balade aérienne du week-end.

Il reste un moyen très fiable de connaître les prévisions : le petit coup de fil à la base à qui on veut rendre visite (baseulm), les locaux connaissent leur terrain de jeu, ils savent souvent par empirisme comment la situation peut évoluer, et puis ils seront aussi contents de savoir que vous allez leur rendre visite, et pourront également vous informer sur l’état de la piste et accessoirement préparer le café…

On néglige trop souvent la préparation du vol :  météo, Notam, RTBA, Sup AIP. (voir notre page « Préparez vos vols« )

Tous les ans, le BEA constate malheureusement que c’est une des causes des accidents parfois mortels.

La saison démarre, profitez-en, n’hésitez pas à consulter votre instructeur, qui saura vous donner les chemins d’accès à toutes ces informations et n’oubliez jamais :

Le doute doit profiter à la sécurité

Bons vols et REV-ez

 

Jean-Christophe Gibert

Jean-Christophe Gibert

Responsable Commission Formation

 

 

Télécharger le bulletin : bsv-49-juin-2018